Rechercher






Accueil > Axes

Séminaires transverses

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

Atelier de lecture et de recherche "Gouverner la ville - Groupes sociaux spatialisés, institutions locales & politiques urbaines
Séminaire commun aux axes 4 et 6 de MESOPOLHIS
Coordination et animation des séances : Claire Bénit-Gbaffou & Cesare Mattina

L’intention de ce cycle d’ateliers
Cet atelier répond à une ambition commune de revisiter les débats et les textes de sciences sociales sur les modalités de gouvernement des villes existant depuis le début du XX° siècle. Il se fonde sur des questionnements portant sur l’analyse localisée du politique et répond à la nécessité, expérimentée dans nos propres recherches, d’articuler et de tenir ensemble trois dimensions :
* Les jeux et les rivalités entre groupes sociaux dans l’espace urbain,
* Les batailles politiques, partisanes ou institutionnelles pour gouverner la ville, et
* Les politiques publiques urbaines : généalogie, instruments, acteurs et effets spatiaux
Pour ce faire, il nous paraît nécessaire de recourir aux débats et aux textes de différentes disciplines des sciences sociales, comme la science politique, la sociologie, la géographie urbaine, sociale et politique, l’urbanisme, l’anthropologie politique, en partie rassemblées dans le monde anglophone sous le terme urban politics. Il est à souligner que chacune de ces trois dimensions mentionnées ci-dessus correspond à un ancrage disciplinaire principal (respectivement la sociologie, la science politique et l’urbanisme), dont il nous intéresse d’approfondir la mise en dialogue autour d’un objet commun.
Nous avons souhaité commencer l’atelier (pour 2021-22), par la lecture des textes « classiques » nord-américains appartenant aux community (power) studies : une référence et une inspiration dans nos propres travaux de recherche, et qui nous paraissent méconnus en France. Nous avons souhaité entrer au cœur du débat des Community Power Studies en commençant par le débat qui oppose les théories élitistes (Elitist) et les théories polyarchiques (Pluralist) du pouvoir et qui structure la controverse autour de « qui gouverne la ville ? »
Les études s’inscrivant dans les community studies américaines partent de petites et moyennes villes pour ensuite s’élargir, dans les années 1950-1970, aux plus grandes villes avec un développement de la controverse sur la nature oligarchique ou polyarchique du pouvoir à l’échelle urbaine. Elles analysent ainsi, à partir de monographies urbaines, les figures du « boss » et les machines politiques, en passant par les coalitions de croissance et les régimes urbains , puis par les sociologies urbaines marxistes des années 1970-1980 jusqu’à arriver aux travaux sur la gouvernance urbaine et sa néolibéralisation.

Principe d’organisation et déroulement concret des ateliers
Ces ateliers se déroulent en des séances de travaux de 2h à 2h30. Deux à trois textes (articles ou chapitres) sont mis en circulation deux semaines avant chaque atelier.
La séance commence par une courte présentation des auteurs et des textes sélectionnés, puis une discussion libre qui porte à la fois sur les textes et sur la manière dont chacun peut en mobiliser des dimensions (théorique, conceptuelle, méthodologique, empirique…) au sein de sa propre recherche.

Calendrier et déroulement de la première année de ces ateliers (2021-2022)
La première année d’ateliers est essentiellement centrée sur les études nord-américaines (de sociologues, anthropologues, urbanistes et politistes) concernant le gouvernement des villes – en privilégiant l’étude des textes originaux et les manières de les mobiliser dans nos recherches.
Les séances proposées peuvent être complétées par d’autres séances proposées en cours de route par les participants aux ateliers sur les bases des intérêts convergents qui pourront émerger.

Les coordinateurs des ateliers « Gouverner la ville »
- Claire Bénit-Gbaffou est géographe-urbaniste à Mesopolhis (AMU-CNRS-science po Aix) et à Aix-Marseille université. Elle s’intéresse à l’activisme institutionnel et au changement urbain, trouvant une inspiration dans les travaux (nord-américains) en urban politics, la sociologie politique (nord-américaine et brésilienne) de l’activisme institutionnel, et dans les travaux (français et européens) sur le municipalisme. Elle a travaillé sur le gouvernement du commerce informel, puis des parcs et jardins, à Johannesburg ; s’intéressant depuis peu à celui des parcs urbains et espaces publics à Marseille.

- Cesare Mattina est sociologue à Mesopolhis (AMU-CNRS-science po Aix) et à Aix-Marseille Université. Ses travaux de recherche portent sur le gouvernement des villes. Il travaille à la fois sur les grandes villes, à partir de ces recherches sur l’influence des phénomènes clientélaires sur la hiérarchisation des groupes sociaux (Marseille), et sur les plus petites villes et communes à faible densité et à présence industrielle (la chimie lourde et nucléaire civil en France et en Italie).