Rechercher






Accueil > Jeunes chercheurs > Annuaire des doctorants

OLIVE-ALVAREZ Anton

Coordonnées

anton.oa@hotmail.fr

Fonction

Doctorant en Sociologie
CDSN (2020-2023)
École Doctorale 355 : Espaces, Cultures, Sociétés
Aix-Marseille Université, Lames (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie), CNRS – UMR 7305
Sous la direction de Sylvie Mazzella et de Gisèle Sapiro (CESSP)

Formation

• 2015-2020 : École Normale Supérieure (ENS) de Cachan / Paris-Saclay

- 2019/2020 : M2 Pratique de l’Intérdisciplinarité. EHESS/ENS Ulm. Mention très bien
- 2017-2018 :M2 de préparation à l’agrégation de SES
. ENS Paris-
Saclay/ ENS Ulm- Admission au concours de l’agrégation externe de SES 2ème rang
- 2016-2017 :M1 de sociologie contemporaine
. Paris IV. Mention bien.
- 2015-2016 :Licence propédeutique en sciences sociales. ENS Paris-Saclay Obtention d’une bi-licence de sociologie et histoire (Paris I et Paris IV)


• 2013-2015 : CPGE Hypokhâgne/Khâgne BL. 
 Lycée Thiers (Marseille) Validation de 120 crédits ECTS mention A

Domaines de recherche

Sociologie de la culture : sociologie des pratiques culturelles et sociologie des professions artistiques
Sociologie urbaine : études de la gentrification.
Sociologie de l’action publique : sociologie de l’action urbaine, ethnographie des politiques publiques.

Projet de thèse

Titre provisoire de la thèse : " Le développement de quartiers de street-art dans les métropoles européennes. Étude comparée de Paris, Marseille et Bruxelles"

Déjà présent depuis plusieurs années dans les villes d’Amérique du Nord et du Sud, le Street Art connaît récemment une expansion importante dans les métropoles européennes et françaises. Dans le 13eme arrondissement Parisien, par exemple, il s’affiche, via le soutien des pouvoirs publics, de manière de plus en plus étendue, générant une véritable métamorphose du paysage urbain. Nées dans les contre cultures urbaines hip hop, ces grandes fresques murales n’ont plus grand chose à voir avec les graffiti dont elles tirent pourtant leur genèse symbolique. C’est ainsi un processus de légitimation accélérée que l’on constate, aussi bien au niveau des producteurs culturels que des publics ou des intermédiaires. Cette légitimation est indissociable d’une institutionnalisation et d’une saisie par les pouvoirs publics locaux d’un objet qui entre de fait dans des logiques de réhabilitation urbaine et de gentrification.
Par l’ethnographie de trois quartiers dans trois métropoles francophones : Le 13eme arrondissement Parisien, le centre ville bruxellois et le quartier du Cours Julien à Marseille, il s’agit d’interroger "par le bas" les enjeux politiques et artistiques, les mécanismes et les modalités d’action d’une institutionnalisation récente du Street art (via la fresque urbaine) par des acteurs pluriels (associations, pouvoirs publics, artistes, habitants) et son positionnement par rapport au monde du graffiti.

Enseignement

Monitorat d’enseignement (2020-2023)
- 2020-2021 : Sociologie des pratiques culturelles (40h) - M2 - Master Administration des Instituions Culturelles - Aix-Marseille Université
- 2019-2021 : Préparation à l’épreuve d’économie (24h) - M2 - Institut de Préparation à l’Administration Générale (IPAG) - Paris II

• 2018-2019 : Approche Statistique des Faits Sociaux et Économiques (60h) - L1 - Licence d’économie - Aix-Marseille Université

• 2017-2018 et 2019-2020 : Interrogateur de SES en classe préparatoire de Khâgne BL - Lycée Stanislas (Paris)
• 2016-2017 et 2018-2019 : Interrogateur de SES en classe préparatoire de Khâgne BL - Lycée Thiers (Marseille)

Activités scientifiques