Rechercher






Accueil > Archives > 2020

Mimed : une séance double au-delà de la Méditerranée

par Sylvie Chiousse - publié le

lundi 2 mars, 14-17h, MMSH salle PAF
Robin Cavagnoud, "Crise au Venezuela et trajectoires migratoires des adolescents, avec ou sans leur famille, vers le Pérou"
Hadrien Dubucs, "Une place au soleil ? Les Emirats Arabes Unis dans les parcours migratoires de jeunes adultes français"

Robin Cavagnoud, sociodémographe, département de sciences sociales de la Ponticia Universidad Católica del Perú (PUCP)
Crise au Venezuela et trajectoires migratoires des adolescents, avec ou sans leur famille, vers le Pérou
Discutante : Delphine Mercier, sociologue, Aix- Marseille Université, CNRS, LEST

Depuis fin 2016, l’Amérique latine est le théâtre d’un exode massif de vénézuéliens, consécutif à la détérioration des conditions de vie et à la crise humanitaire que traverse ce pays. La pénurie d’aliments et de médicaments, ajoutée aux difficultés d’approvisionnements en eau, gaz et électricité, sont quelques-unes des manifestations de cette crise engendrant une émigration sans précédents dans la région. En 2018, selon l’Enquête sur les conditions de vie (ENCOVI) au Venezuela, près de 91% de la population vivait sous le seuil de pauvreté et 8 ménages sur 10 se trouvaient en situation d’insécurité alimentaire, alors que la mortalité infantile augmentait et l’espérance de vie avait reculé en moyenne de 3,5 ans. En juin 2019, on estimait à 4 millions le nombre de vénézuéliens ayant quitté le pays (ONU, ACNUR, OIM, RAV, 2019). Les pays d’Amérique du sud sont les premiers récepteurs de la majorité de la population vénézuélienne migrante ; la Colombie étant le principal pays de destination (1 300 000 personnes), suivie du Pérou (768 000), du Chili (288 000), de l’Équateur (263 000), de l’Argentine (130 000) et du Brésil (168 000). Du total d’émigrants vénézuéliens, environ 1,1 millions seraient des enfants et adolescentes, partant avec leur famille ou seul, en situation régulière ou irrégulière (UNICEF, 2019).

La communication propose de présenter les résultats d’une étude qualitative basée sur les données biographiques d’adolescents, des deux sexes, concernant leur expérience migratoire du Venezuela au Pérou, et ses effets sur leur reconfiguration familiale et les vulnérabilités touchant leur vie quotidienne. À partir de la reconstitution de leurs trajectoires migratoires et de l’emploi de la fiche Ageven, nous analyserons les trois séquences du processus migratoire : le départ du Venezuela, le transit du Venezuela au Pérou, et l’installation dans les villes de Tumbes (frontière avec l’Équateur) et de Lima, la capitale du Pérou. L’échantillon constitué de 18 adolescents de 12 à 17 ans (récits de vie) a permis d’analyser les aspects liés à leur trajectoire migratoire et post-migratoire comme la vie familiale transnationale, les réseaux d’entraide, leur accès aux systèmes scolaire et de santé, la vie en foyer, les discriminations et autres formes de violence émaillant leur histoire personnelle. Une typologie des expériences migratoires des enfants et adolescents en contexte de crise aidera à présenter l’hétérogénéité des parcours de vie étudiés entre le Venezuela et le Pérou

- - - - - -
Hadrien Dubucs, géographe, Laboratoire ENEC, Sorbonne Université et Sorbonne Université Abu Dhabi
Une place au soleil ? Les Emirats Arabes Unis dans les parcours migratoires de jeunes adultes français
Discutant : Michel Peraldi, anthropologue, EHESS, CNRS, IRIS

Les résidents français à Abu Dhabi et Dubai (Emirats Arabes Unis) représentent à bien des égards le cas d’une migration « privilégiée » (Benson et O’Reilly, 2009). Mais cette catégorisation peut être discutée et nuancée dès lors qu’on met l’accent sur la notion de jeunesse et certaines de ses caractéristiques sociales : articulation complexe entre parcours scolaires et professionnels ; motifs de la tentative et de l’expérimentation en début de vie active ; arbitrages personnels et familiaux en situation d’incertitude. Cette présentation s’appuie sur un matériau essentiellement qualitatif issu de trois ans d’observations et d’entretiens approfondis de type biographique auprès d’une vingtaine d’individus. Elle s’attache à montrer l’intérêt du prisme de la jeunesse – comme séquence souvent labile des parcours individuels – pour reconsidérer à la fois des contextes migratoires (marché de l’emploi et politiques migratoires) et des catégorisations de migrants pour lequel le critère national n’est pas toujours suffisant ni pertinent.

Agenda

Ajouter un événement iCal