Accueil > Espace Jeunes chercheurs > Annuaire des doctorants

BAGGIONI Vincent

Coordonnées
Tél : 0033 – (0)6 09 91 39 03
Courriel : vincent.baggioni [at] free.fr

Fonctions
Doctorant

Sujet de thèse
Territoires, énergies renouvelables et concertations : les installations de production d’énergie solaire en Provence Alpes Côte d’Azur
sous la direction de Pierre Fournier

Domaines des recherches
- Sociologie de l’énergie
- Participation et mobilisations des publics
- Aménagement du territoire, paysage et environnement
- Politiques publiques territorialisées

Principales recherches conduites depuis 2001
- Socio-anthropologie d’une mise en décision : le traitement des déchets à l’heure de la santé environnementale - 2011 – ADEME – Pôle « Risques » MRSH - Université de Caen.
- L’élaboration des politiques publiques territoriales de développement durable : des représentations sociales aux modes de gouvernance - 2004-2005 / Ministère de l’Ecologie et du développement durable - Ministère de l’Equipement - PUCA - Programme de recherche politiques territoriales et développement durable.
- La démocratie de proximité en région PACA : le renouveau de la démocratie locale à l’échelle des quartiers - 2003-2004 / Action concertée incitative Ville – Ministère de la Recherche / INRETS.
- La concertation dans le métier d’élu local - Programme « concertation, décision, environnement » – Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable / ADEME / Les Eco-Maires – 2001-2003.

Responsabilité scientifique
- Membre du bureau du Réseau thématique 9 (RT9), Sociologie de l’urbain et des territoires de l’Association française de Sociologie.
- Organisation de la 1ère Biennale de la Sociologie de l’urbain et des territoires (Lille, 16, 17 et 18 décembre 2014), membre du conseil scientifique.

Expériences d’enseignements
- 2014 – 2015 : ATER au département de sociologie - Université d’Aix-Marseille.
- 2013 – 2014 : CM Sociologie de l’environnement – Université d’Aix-Marseille.
- 2012 – 2014 : TD pratique de l’enquête sociologique par observation directe – département de sociologie – Université d’Aix-Marseille.
- 2008 – 2011 : TD méthodologie d’enquête de terrain - UFR de Géographie de l’Université de Provence.

Publications
- Baggioni V., 2015, « La coalition des élites comme témoin des rapports territoriaux à la production d’énergie », in Zélem M.-C., Beslay C. (dir) Sociologie de l’énergie. Gouvernance et pratiques sociales, CNRS Editions, Paris, 2015.
- Baggioni V., 2015, « Le développement des parcs solaires : quels effets d’une action publique territorialisée ? », Provence-Alpes-Côte d’Azur, une région face au changement climatique, GREC-PACA.
- Baggioni V., 2014, « Éviter la conflictualité des opérations d’aménagement : un savoir-faire des équipes-projets ? Étude comparative de deux parcs solaires », participations, (10/3), De Boeck Supérieur, p. 121-150.
- Baggioni V., Ballan E., et al., 2009, « Les élus locaux dans les processus de concertation en environnement : la participation, facteur de renouveau pour la représentation ? », in Mermet L. (dir.) Environnement : décider autrement, Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux de concertation, L’Harmattan.
- Baggioni V., Ballan E., et al., 2007, « Anticipation et contrôle dans les débats publics : le cas des premiers débats « nucléaires » », in Martine Revel (dir.) Le débat public : une expérience française de démocratie participative, La Découverte.
- Baggioni V. ; Castels S., 2006, « Les politiques de développement durable : espaces de recompositions institutionnelles ? », Actes du Colloque Politiques territoriales et développement durable des 16 et 17 novembre 2006, MEDD, PUCA, SRP, Université de Tours, Ville de Tours.
- Baggioni V., Le Guillou A., 2004, « Entre clientélisme et proximité : conseils de quartier à Marseille, Toulon et Nice », Territoire, n°448, Cahier 1.
- Baggioni V., 2004, « Au-delà d’une concertation manquée, la L2 Nord comme produit d’un non-débat. », Faire Savoirs n°4 : Aménagement et débat public : des pratiques en construction, AMARES.

Communications
- Journée Jeunes Chercheurs, Vers une ou des transitions énergétiques en Méditerranée ? Entre théories et expériences, TELEMME, CNRS-AMU, 10 avril 2014. Titre de la communication : "Le fort développement des parcs solaires comme effet de la diffusion et de l’essaimage d’une action publique territorialisée : l’exemple de la région PACA".
- Journée doctorale du LAMES, 6 juin 2014 : Titre de la communication : "Le développement des parcs solaires en région PACA : quels effets d’une action publique territorialisée ?" Discutant : Maurice Olive (Sciences Po Aix)
- Congrès du GIS Participation du public, décision, démocratie participative, 22 et 23 novembre 2013 : « La mobilisation des acteurs dans la territorialisation des projets d’aménagement : une pluralité d’enquêtes pour le contrôle de la propriété du problème public. L’exemple des centrales PV en PACA. »
- Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), Nantes du 2 au 5 septembre 2013, Réseau thématique 9 « Sociologie de l’urbain et des territoires », appel conjoint avec le réseau thématique 5 : « Espaces périurbains : une forme urbaine spécifique, des parcours de promotion, domination ou déclassement » : « Les dynamiques de structuration sociale et politique dans l’espace rural périurbanisé : des choix de développement à l’épreuve des appartenances territoriales. »
- Université d’été du RéDoc (Réseau international d’Ecoles Doctorales en sociologie/sciences sociales/AISLF/AUF) à Marseille, du 1er-5 juillet 2013 : « Entre domination et consensus, des choix de développement dans l’espace rural périurbanisé facteur de structuration sociale et politique »
- Colloque « Territoire(s) et réseaux locaux : quelles perspectives théoriques et méthodologiques en sciences sociales ? », 29-30 Mai 2013, organisé par le GRESCO EA 3815 / Universités de Poitiers et de Limoges, MSHS Poitiers : « Des appartenances sociales et territoriales comme ressources dans les processus de mobilisation : le capital d’autochtonie discuté à l’épreuve d’un conflit éolien dans les Alpes de Haute Provence. » (Atelier 2. Le territoire comme ressource : quels usages du « local » ?)
- 6èmes journées des doctorants du LPED (Laboratoire Population Environnement et Développement (UMR 151)), « Société et environnement, autour de la fragmentation », 21-22 mars 2013, organisées par des doctorants du LPED de l’Université Aix-Marseille : « La fragmentation appliquée au terroir. Le terroir dans tous ses états : entre fragmentation et paradigme », en collaboration avec Jabiot Isabelle (LESC) et Lacombe Nicolas (INRA/LRDE). Communication réalisée à la suite de la participation à l’école-chercheurs « Terroirs et patrimoines ruraux méditerranéens au XXIe siècle : entre idéologie, projets et réalités de terrain » qui s’est tenue du 11 au 20 octobre 2012 à Marrakech, Co-organisée par le Laboratoire Mixte International (LMI) MédiTer : « Terroirs méditerranéens : environnement, patrimoine et développement », le LabexMed « Les sciences humaines et sociales au coeur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée » et le réseau méditerranéen en SHS : « Environnement, gouvernance et sociétés ». Projet d’article en cours.
- Colloque « Si’Nergies », le 12 décembre 2012, organisé par les étudiants du Master 2 SET de Médiation et communication scientifique de l’Université Aix-Marseille : « Les territoires face à la transition énergétique : l’exemple des centrales photovoltaïques au sol en région PACA » (cession de l’après-midi)
- 1ères journées internationales de sociologie de l’énergie, 25-26 octobre 2012, organisé par le CERTOP UMR5044 CNRS, en partenariat avec les CR 16, 23 et 32 de l’AISLF (Association Internationale des Sociologues de Langue Française) et le RT1 de l’AFS (Association française de sociologie) : « La coalition locale des élites comme témoin des rapports territoriaux à la production d’énergie. » (atelier B.2, conditions de gouvernance)

Résumé du projet de thèse
(Le projet détaillé est en document de bas de page)
Les réponses aux nouveaux défis énergétiques et aux politiques publiques mises en place pour y faire face se traduisent par l’aménagement d’installations de production d’énergie solaire dans l’espace rural. Ces aménagements suscitent localement des réactions variables, en soutien comme en défiance. L’intégration de ces aménagements dans des zones à faible densité de population et d’activités productives, et les mobilisations qui l’accompagnent interrogent les caractéristiques sociales des sociétés locales qui les portent, en même temps qu’elles peuvent apparaître comme des moteurs de transformation des structures sociales de ces territoires.
Il semble ainsi intéressant d’étudier les formes et les trajectoires de mobilisation à partir des contextes territoriaux où prennent place les aménagements de production d’énergie solaire. La recherche se propose ainsi : de discriminer les caractères sociaux des territoires qui entrent en jeu dans la réaction aux aménagements de production solaire, et leur agencement au regard de chaque situation ; de suivre les trajectoires de mobilisation des populations, notamment à partir des répertoires d’actions et des ressources utilisées par les « entrepreneurs de mobilisation », aussi bien promoteurs que contestataires ; de mesurer la portée des transformations sociales engendrées par les mobilisations et les nouvelles régulations suscitées par l’intégration des projets dans les territoires.
En partenariat avec le pôle de compétitivité Cap Energies, un inventaire des projets prenant place en Région PACA dressera une cartographie des configurations sociales que rencontrent les différents types d’aménagement (parcs photovoltaïques, centrales solaires à concentration, grands surfaces de panneaux sur les bâtiments, …). Environ cinq situations seront approfondies à partir d’un recueil de données qui s’appuiera sur une documentation des projets et de leur réception, la réalisation d’entretiens compréhensifs avec les acteurs impliqués, et l’observation directe de mobilisations en cours. Les corpus seront analysés afin d’identifier les liens entre contextes territoriaux des projets et trajectoires de mobilisation. La comparaison s’ouvrira aussi à d’autres études de références (sur le solaire dans d’autres pays, notamment Allemagne et Espagne, sur l’éolien en France, sur l’hydro-électrique dans le passé) pour éviter le risque d’enfermement dans un regard régionaliste et sectorisé.
Les résultats attendus pourront prendre la forme d’une typologie de l’appropriation socio-territoriale des projets de production d’énergie solaire. Celle-ci pourra fournir un cadre de réflexion élargi quant aux modalités de planification et de décision sur les installations de production d’énergie solaire. Il pourra ainsi être esquissé les enjeux sociaux et territoriaux que comportent ces nouvelles dynamiques de développement.