Accueil > Recherche sous contrat

ANR SODEMOMED

par Sylvie Chiousse - publié le , mis à jour le

- Résumé du projet

_ ETUDES TRANSDICIPLINAIRES SUR L’AVENIR DE LA MEDITERRANEE (TRANSMED) 2012 : projet SODEMOMED
Analyses SOciologiques et DEmographiques des transformations des MOdes de vie en MEDiterranée

La plupart des projections démographiques montre que les changements qui interviendront dans les pays de la Méditerranée se poseront moins en termes de croissance absolue qu’en termes de morphologie : structures par âge, par sexe, par statut matrimonial, répartitions spatiales… Dans certains cas, des convergences redessinent les lignes de clivages traditionnels (Nord/Sud) et relativisent les particularismes culturels. Dans le même temps, de nouveaux enjeux sociaux se font jour : vieillissement de la population ; changements du statut des femmes dans la société ; difficultés d’accès à l’emploi, au logement… . Dans ce contexte, le projet de recherche pluridisciplinaire proposé (sous l’acronyme SODEMOMED) a pour objet d’étude sociologique et démographique les transformations des modes de vie en Méditerranée. Programmé sur une période de trois ans, il entend développer trois axes de recherche thématique. Chacun d’eux constitue une dimension d’analyse susceptible de questionner à la fois les changements et les permanences, mais aussi les convergences et les divergences entre les différentes sociétés méditerranéennes choisies comme terrain d’enquête.

Le premier axe structurant de notre projet de recherche est l’étude des transformations du cycle de vie, à l’aune du vieillissement des populations en Méditerranée. Il souligne l’intérêt de la prise en compte des facteurs démographiques dans l’étude des enjeux sociaux des populations. En étudiant le vieillissement comme un processus social différencié, cet axe de recherches a plus largement pour objet de comprendre comment les âges de la vie, jeunesse, statut d’adulte ou encore ce que l’on désigne communément par le terme de vieillesse, se définissent différemment selon les groupes sociaux d’appartenance, en particulier les catégories de sexe. Hommes et femmes ne cessent en effet de se différencier dans leur mode d’entrée et dans enchaînement des différentes étapes de leur vie adulte (emploi, chômage, divorce, etc.), mais aussi dans leurs trajectoires de « fin de vie ».

Le second axe de notre projet de recherche est l’étude de l’évolution des dynamiques intergénérationnelles au sein de la parenté. En Méditerranée comme ailleurs, compte tenu de l’allongement continu et attendu de l’espérance de vie, nombre de pays sont et seront chaque jour davantage décrits comme des « sociétés multigénérationnelles ». Ce qui pose comme enjeu le rôle ou l’utilité de chacun sur l’échiquier en présence, a fortiori en situation de crise (de l’emploi, du logement,…). La réalité de la génération dite « pivot » a été bien décrite dans les années 1990. Elle est composée des adultes qui doivent faire face à une double dépendance, celle de la génération de leurs parents et celles de leurs enfants. Cette génération pivot se trouve davantage sollicitée au sein des échanges familiaux compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie des aînés, des difficultés d’insertion des plus jeunes, mais aussi des adultes sur le marché du travail.

Le troisième et dernier axe a pour objet l’étude de l’évolution de la place des femmes dans les sphères privée et publique, à l’aune des nouvelles formes de domination masculine, mais aussi des nouvelles orientations des législations sur les droits des femmes et des hommes. En ce début de troisième millénaire, la voie vers l’égalité entre les sexes reste en effet plus que jamais incertaine. En effet, si les comportements et les trajectoires des hommes et des femmes se sont relativement rapprochés au cours de ces dernières années, ils n’ont toutefois pas remis fondamentalement en cause la division sociale des rôles de sexe. L’analyse des comportements socio-démographiques (natalité, fécondité, nuptialité, divorce…) est de ce point de vue instructive car elle constitue une manière d’interroger ce processus incertain de démocratisation des rapports sociaux de sexe et d’objectiver les spécificités et inégalités de sexe dans la construction des trajectoires individuelles.

PARTENAIRES
CNRS DR12 _ MMSH Centre National de la Recherche Scientifique Délégation Provence et Corse _ Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, USR CNRS 3125, Aix-en-Provence, France
CNRS DR12 _ LEST Centre National de la Recherche Scientifqiue Délégation Provence et Corse _ Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, UMR CNRS 7317, Aix-en-Provence, France
MEMOTEF Université La Sapienza, Département "Méthodes et modèles pour l’économie, le territoire et la finance", Rome, Italie

Aide de l’ANR : 351 270 euros
Début et durée : septembre 2013 - 36 mois

- Référence projet : ANR-12-TMED-0005

- Coordinateur du projet :
Thierry BLÖSS (Centre National de la Recherche Scientifqiue Délégation Provence et Corse _ Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail, UMR CNRS 7317, Aix-en-Provence, France) -
thierry.bloss@univ-amu.fr